Sex toys

Test du Share de Fun Factory

  1. Serial Lover -
  2. Mentions légales -
  3. Politique de confidentialité -
  4. Test du Share de Fun Factory

Étant un couple adepte du pegging, nous avions très envie de tester un dildo strapless pour ne plus avoir à porter de harnais.

Nous avons donc contacté notre partenaire Sextoys Addict pour qu’il nous envoie le Share de Fun Factory figurant dans son catalogue.

Test du Share de Fun Factory

Présentation du Share

Le Share de Fun Factory fait partie des doubles godes appelés strapless. Concrètement, il permet à une femme de pénétrer son ou sa partenaire à l’aide d’un gode qu’elle insère dans son vagin sans l’aide d’un harnais. On a donc l’impression d’avoir un pénis greffé sur le corps.

C’est un sextoy composé de deux parties : une partie « femelle » destinée à être insérée dans le vagin et une partie « mâle » destinée à pénétrer l’autre partenaire.

Il existe trois tailles dans la gamme Share : le XS, le normal (que nous allons tester) et le XL. La différence entre ces modèles se trouve à la fois sur la partie femelle et sur la partie mâle. Chaque modèle possède également sa déclinaison de couleur. Dans notre cas, nous avions le choix entre noir (que nous avons choisi), rose pâle ou violet.

Il est composé de silicone médical ce qui le rend sain pour l’organisme et très facile à nettoyer, un peu d’eau et de savon suffisent. En revanche, il est incompatible avec les lubrifiants à base de silicone. On peut noter que comme la plupart des sextoys en silicone, il a tendance à attirer la poussière.

La partie mâle fait penser à un véritable pénis très épuré avec un gland et une veine de chaque côté. Elle mesure 16 cm de long pour 3,5 cm de diamètre au niveau du gland. La partie femelle fait penser à un joystick patatoïde qui mesure 10 cm pour un diamètre de presque 4 cm. Il est très flexible et moelleux mais pas autant qu’un vrai pénis. Il est également très lourd par rapport à d’autres sextoys.

Test du Share de Fun Factory

Utilisation du Share

L’avis de Madame

On ne va pas se mentir, l’utilisation de ce type de sextoys pour la pénétrante n’est pas des plus facile, du moins au début. En tout cas, c’est moins facile qu’avec un harnais. En effet, il faut parvenir à « maîtriser l’engin », sans le perdre et sans se faire mal.

Vous avez pu remarquer que les dimensions de la partie femelle sont assez conséquentes. D’un côté, c’est nécessaire (et utile), car il faut bien que le sextoy tienne en place dans le vagin pendant la pénétration, mais d’un autre, ça peut s’avérer inconfortable voire douloureux si on n’est pas assez détendue.

Et justement, c’est la seconde difficulté : être suffisamment détendue pour ne pas avoir mal, mais pas trop détendue pour ne pas le perdre. Personnellement, je n’ai pas eu de grosses difficultés à le garder en moi, contrairement à certaines femmes qui ont l’air d’être obligées de le tenir pour ne pas le perdre, mais il est vrai que dans certaines positions (jambes trop écartées), ou bien si je suis trop lubrifiée, le Share va avoir tendance à glisser et à sortir tout seul. Mais au fur et à mesure des utilisations, il est de plus en plus facile et agréable à utiliser, que ce soit pour le pénétrant ou pour le pénétré.

Les sensations que je ressens grâce à la partie femelle sont vraiment très agréables. Du fait de son diamètre imposant et de sa forme bien étudiée, le Share stimule très bien la zone du point G. C’est un véritable plus par rapport à l’utilisation d’un harnais où le plaisir n’est que cérébral.

Pour ce qui est de la maîtrise de la partie mâle, j’ai bien apprécié que celle-ci soit légèrement flexible, je trouve que j’ai ainsi plus de facilités à pénétrer Monsieur. Autre bonne surprise, j’ai eu plus de facilités à faire des va-et-vient que ce que j’avais imaginé. En effet, nous avions déjà regardé des films porno où ils utilisaient ce type de sextoys, et on avait plutôt l’impression que la pénétrante bougeait dans le vide. Ici, ce n’était pas du tout le cas. Je voyais bien la partie mâle aller et venir dans le cul de Monsieur, tirant sur la partie femelle pour me stimuler encore plus. Les sensations sont vraiment très excitantes.

Enfin, j’ai énormément apprécié de sentir la peau de Monsieur contre la mienne pendant que je le prenais, ce qu’on ne peut pas ressentir avec un harnais. Je pense que j’aurai d’ailleurs beaucoup de mal à en réutiliser un à l’avenir.

Test du Share de Fun Factory

L’avis de Monsieur

Étant friand du plaisir anal, j’avais hâte de me faire pénétrer avec un dildo strapless. L’insertion se fait en douceur. En effet, la forme du gland et l’utilisation de lubrifiant facilitent grandement la pénétration. Une fois en place, les va-et-vient sont un délice.

Je remarque également que Madame prend plus de plaisir à me sodomiser grâce à la partie femelle du sextoy qui la stimule, ce qui est très excitant. En plus, je peux sentir sa peau contre la mienne pendant la pénétration ce qui est différent de la sensation avec un harnais. Ça rend la pénétration beaucoup plus naturelle et beaucoup plus agréable tant d’un point de vue physique que mental.

Selon l’angle, le Share stimule également la prostate ce qui me donne énormément de plaisir et me fait jouir rapidement.

Conclusion

Le Share de Fun Factory est notre premier dildo strapless et pour l’instant, nous l’utilisons bien plus souvent qu’un harnais.

On sent que sa forme a été bien étudiée pour procurer le plus de plaisir possible aux deux partenaires. C’est un très bon sextoy, qui conviendra aussi bien aux débutants qu’aux plus expérimentés, à condition de prendre le temps de le « dompter ». En effet, les mouvements sont un peu plus maladroits qu’avec un harnais.

Nous vous le recommandons chaudement car à présent, nous ne pouvons plus nous en passer !

Auteur

contact@serial-lover.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *